Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 mars 2007 7 25 /03 /mars /2007 17:13
Date de sortie : 07 Mars 2007
Réalisé par André Téchiné
Avec Michel Blanc, Emmanuelle Béart, Sami Bouajila
Film français.
Genre : Drame
Durée : 1h 52min

UGC

Paris, été 1984. Manu débarque à Paris, où il partage la chambre de sa soeur Julie dans un hôtel modeste. Il fera la connaissance d'Adrien et nouera une amitié chaste et joyeuse avec ce médecin quinquagénaire, qui lui fera découvrir le style de vie de son milieu. Au cours d'une balade en bateau, Adrien présentera à Manu Sarah et Mehdi, un couple de jeunes mariés qui vient d'avoir son premier enfant. Une passion amoureuse imprévue et l'irruption de l'épidémie du sida, encore perçue dans les médias et l'imaginaire collectif comme une peste moderne et honteuse vont bouleverser le tranquille agencement de ces destins particuliers. Chacun va devenir acteur et témoin d'un drame contemporain, où ceux qui ne mourront pas ressortiront peut-être plus forts, mais en tout cas pas indemnes.

Le genre : humain

D"une finesse et d'une sensibilité remarquables, le dernier film d'André Téchiné réussit parfaitement le défi de se situer à la fois dans un récit de vie, d'expériences individuelles, et dans un cadre social, témoignant d'une époque profondément marquée par l'apparition du sida. On sent l'urgence, la nécessité pour le réalisateur d'apporter au public son expérience du traumatisme que fut l'émergence de cette maladie inconnue, si peu traitée au cinéma. Les saisons passent (mais si les beaux jours reviennent bien, ils ont désormais un goût amer) et avec elles l'insouciance de l'avant. Avant le danger, avant la peur, avant la psychose collective. Les protagonistes de ce drame profondément humain sont bien les témoins d'une époque durant laquelle la libération sexuelle a laissé place à une atmosphère de méfiance envers le sexe, de soupçon envers le corps, de peur de l'autre, aussi. Epoque qui leur laissa un goût amer, et le monde entier avex eux. Les personnages, d'une humanité troublante et troublée sont donc pour beaucoup dans l'émotion créée par le film. Les cinq interprètes principaux sont absolument remarquables de force, de pudeur, de douceur. Sami Bouajila, en particulier, fait de Mehdi un être torturé, d'une grande complexité, entraîné presque malgré lui dans un amour à l'issue fatale. La vue de la dégénérescence inexorable du corps de Manu (Johan Libérau, intense), le seul homme que Mehdi ait jamais aimé, est à elle seule un puissant symbole de la détresse insupportable d'une société se découvrant vulnérable, de l'intérieur. Téchiné filme avec une grande pudeur l'émotion se peignant subitement sur un visage, les corps qui s'attirent puis se repoussent, les relations complexes, les blessures, tout en se gardant de tout effet larmoyant ou exagérément démonstratif. A la fois cérébral et charnel, amer et vivant, sociologique et humain, Les Témoins est un film d'une grande force, indispensable, le film qui était à faire sur la tragédie du sida. On est dans l'émotion pure, et c'est bien là que résidé la possibilité de comprendre.

Johan Libéreau et Sami Bouajila. UGC

Sami Bouajila, Emmanuelle Béart, Lorenzo Balducci et Michel Blanc. UGC


Partager cet article

Repost 0
Published by lucyinthesky4 - dans Nouveautés
commenter cet article

commentaires

whiplash solicitor 08/08/2011 05:03

That is some inspirational stuff. Never knew that opinions could be this varied. Thanks for all the enthusiasm to offer such helpful information here.

  • : Goin' to the movies
  • Goin' to the movies
  • : Blog de critiques cinéma d'Anna M. «Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)
  • Contact

GOIN' TO THE MOVIES

Blog de critiques cinéma d'Anna M.

«Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)

Recherche