Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 octobre 2011 6 01 /10 /octobre /2011 01:18

[Cet article marque la résurrection de Goin' to the movies (n'en déplaise à mymp qui me disait il y a peu avec une choquante nonchalance : « ben t'as qu'à arrêter ton blog ! ») et il s'agit du premier publié sur over-blog. Excusez si la critique n'est pas terrible, c'est dur de s'y remettre.]

 

Pourquoi faire un film muet en 2011 ? Pour répondre à cette question, il faut d'abord se demander : comment faire un film muet en 2011 ? La solution la plus convenue serait d'en faire une parodie, au second degré attendu, sur le mode de la connivence avec un spectateur contemporain forcément plus dupe des conventions vieillies du cinéma muet. Heureusement, c'est Michel Hazanavicius qui est aux manettes de ce projet un peu dingue, lui qui n'a plus à prouver son talent de pasticheur. The Artist est donc un pastiche amoureux, un hommage au premier degré à un cinéma aimé. Autrement dit, au delà d'un dispositif singulier qui cherche à retrouver tous les codes d'un certain cinéma muet (américain, en l'occurrence), il s'agit avant tout de raconter une histoire. Le format 1.33, le noir et blanc et les intertitres sont des signes distinctifs du muet qui menacent à tout instants de créer une distance ironique entre le film et le spectateur - pourtant l'identification et l'attachement aux personnages et à l'histoire fonctionne tout de même.

http://justicehasbeendone.files.wordpress.com/2011/05/dujardin-bejo-the-artist.jpg


The Artist est avant tout une histoire de personnages et d'émotion. Les interprètes excellent à nous inviter dans l'univers du film : Dujardin met parfaitement à profit ses mimiques expressives, et Bérénice Béjo est ravissante et délicieuse de naturelle. L'intrigue de The Artist émeut pour elle même mais sert aussi à une méditation sur ce qu'est le cinéma, puisque celui-ci est au cœur du scénario. Scénario qui entretient un grand nombre de similarités avec celui de Chantons sous la pluie : amours entre un acteur célèbre du cinéma muet et une jeune actrice débutante, chronique de Hollywood au moment du passage du muet au parlant, et des déboires rencontrés alors par certains comédiens. Hazanavicius joue sur les mises en abyme : nous regardons un film muet dans lequel on voit des films muets, ce qui génère à chaque fois des modes de représentation différents (mise en scène et interprétation sont davantage « over the top » dans « les films dans le film » que dans la « réalité » du film). Un vertige ludique qui donne lieu à quelques idées assez géniales, comme cette scène où Dujardin rêve « en sonore ».

Le film est de manière générale très drôle, déployant des ressorts comiques assez divers, notamment le burlesque canin (si si). Un millier de petits détails malins le parcourent, même si leur accumulation lasse parfois : ils deviennent alors des gadgets, et il arrive au film de retomber dans l'exercice de style. Le dispositif du film se retourne donc par moments contre lui. D'autre part, The Artist n'est pas exempt de longueurs, notamment dans sa partie « mélodrame » qui voit la chute de son héros. En revanche, sa conclusion m'a enchantée : après tout, un film qui s'achève sur le salut par la comédie musicale, si je puis dire, mérite tous les éloges ! Finalement, The Artist séduit et émeut au delà de ses intentions un peu trop explicites. Pourquoi, donc, faire un film muet en 2011 ? Parce que c'est avant tout du cinéma et que celui-ci est plus fort que tous les dispositifs.

3etoiles.png

Partager cet article

Repost 0
Published by lecinedeanna - dans Nouveautés
commenter cet article

commentaires

Ioana Radu 09/12/2011 12:02

Tres interessante la description de ce film. J'aimerais bien le voir.

mymp 05/10/2011 22:44


Tu sais ce qu'elle te dit, la nonchalance choquante ?! Et puis t'es sûr que j'ai un truc pareil, parce que t'as pas du bien comprendre vu que j'avais la bouche pleine de macarons. En tout cas bon
retour, et puis ça fait toujours plaisir quelqu'un qui n'écoute pas mes conneries !


Bob Morane 01/10/2011 18:45


Enfin de retour, cool !


selenie 01/10/2011 18:33


Bon retour parmi nous... Et vivement que je puisse voir ce film,, ça me donne trop envie :)


Carcharoth 01/10/2011 10:33


Belle conclusion, j'avais déjà envie de le voir, mais la, je vais y courir !
Bon retour parmi nous !


Christophe 01/10/2011 09:43


J'aime beaucoup ta dernière phrase, moi qui suis grand amateur de cinéma muet. Je n'ai pas vu ce film. Ceci dit, il y a d'autres expérience de films muets ces dernières années, comme le "Dracula,
pages tirées du journal d'une vierge", de Guy Maddin (2002). Et je crois qu'Almodovar avait songé un temps tourner "La piel que habito" à la manière d'un muet expressionniste...


ffred 01/10/2011 09:35


Ben la critique est plutôt bonne ! Welcome back !


  • : Goin' to the movies
  • Goin' to the movies
  • : Blog de critiques cinéma d'Anna M. «Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)
  • Contact

GOIN' TO THE MOVIES

Blog de critiques cinéma d'Anna M.

«Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)

Recherche