Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 février 2011 3 16 /02 /février /2011 21:23

Le titre donné à ce Tron 2.0, L'héritage, est significatif. Il témoigne d'une volonté de rester fidèle à l'univers du premier opus, ses thématiques, ses inventions visuelles (on verra un peu plus loin si cela est réussi !). Il est aussi, plus simplement, le reflet de l'intrigue, une histoire de relation père-fils qui voit le fils de Kevin Flynn partir à la recherche de son père qu'il n'a plus vu depuis des années, à l'intérieur du monde virtuel dans lequel ce dernier se retrouvé à nouveau coincé. Ce qui dessert d'emblée le film, c'est ce récit terriblement neuneu, dans lequel Sam Flynn (l'endive Garrett Hedllun, moins charismatique tu meurs), héritier richissime mais je-m'en-foutiste de l'empire informatique de son père, enchaîne les péripéties inintéressantes et prévisibles. Il fait des courses de motos virtuelles, rencontre une sublime fille virtuelle également, et se bat contre le méchant Clu, avatar de son paternel qui n'a fatalement pas vieilli (son visage est une version assez mal rajeunie de celui de Jeff Bridges). Les dialogues atteignent également des sommets de mièvrerie rares, et l'ensemble se prend trop au sérieux. Tout juste le film titille-t-il la fibre nostalgique des fans du premier, avec des visions comme celle du complexe de jeux d'arcades désormais à l'abandon.  

Alors que le premier Tron avait un aspect précurseur voire prophétique quand à l'évolution des techniques à la fois de l'informatique et du blockbuster, Tron l'héritage est à peine sorti qu'il est déjà vieilli. L'imagerie n'est pas désagréable mais s'avère bien souvent balourde, avec ces immensité au ciel sombre dont on ne voit pas le bout – la gestion de l'espace est hasardeuse. On sauvera cependant, entre autres, une belle scène de discothèque flashy, presque kitsch, avec les Daft Punk en guest-stars (auteurs d'ailleurs de l'assez belle BO du film, il faut dire qu'on fait difficilement plus adapté à leur musique que l'univers de Tron). Le film n'est pas dénué d'inventivité, il est même plutôt chiadé. Mais il se contente de recycler, en plus grandiloquent et pataud, l'univers du premier. La seule véritable nouveauté visuelle de cette suite est la 3D, c'est dire... À propos justement de la 3D, on notera son utilisation cohérente et relativement pertinente : elle est présente uniquement dans les scènes se déroulant dans le monde virtuel (la quasi-intégralité du film, certes), les scènes du monde réel étant en deux dimensions. Ceci dit, le relief en tant que tel reste peu excitant – l'intérêt de cette technologie est encore peu probant, tant sont rares les films qui l'utilisent de manière enrichissante. D'autant que les lunettes 3D assombrissent fatalement une image déjà très obscure.

Walt Disney Studios Motion Pictures France

Un film dont les idées visuelles, même si pas toujours abouties, parviennent en de rares instants à nous extirper du bourbier d'ennui dans lequel les personnages, les dialogues et l'intrigue nous plongent impitoyablement.

[Bilan Festival d'Hiver : potentielle lanterne rouge du festval ? Il a quand même la concurrence de Je suis un no man's land...]

À voir aussi sur le blog : la critique du premier Tron.


Partager cet article

Repost 0
Published by lucyinthesky4 - dans Nouveautés
commenter cet article

commentaires

whiplash solicitor 09/08/2011 02:50

I have seen the movie and love it from the start till the end of it. I hope that many would follow his legacy on his world in our time today. It would be great if it would happen.

Hallyne 22/02/2011 15:04

"Les dialogues atteignent également des sommets de mièvrerie rares, et l'ensemble se prend trop au sérieux." >> c'est tout à fait ça!

Jérémy 20/02/2011 12:20

Oui, une belle technique mais le récit est "neuneu" comme tu dis !
Pas vraiment une déception pour ma part - je n'ai pas vu l'original et je ne m'attendais pas à des merveilles pour celui-ci - mais simplement le prix de la place IMAX 3D qui m'est resté au travers de la gorge.
Sinon, j'ai l'impression qu'en ayant apprécié 'Je suis un no man's land' je vais devenir un vilain petit canard canardé de tomates et d'autres fruits pourris... :b

mymp 20/02/2011 12:11

Non Anna, c'est juste pas possible, aucun film ne peut faire pire que No man's land, et même pas ce Tron qui, au moins, à le mérite d'en mettre plein la vue (pour les neurones, on repassera effectivement).

  • : Goin' to the movies
  • Goin' to the movies
  • : Blog de critiques cinéma d'Anna M. «Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)
  • Contact

GOIN' TO THE MOVIES

Blog de critiques cinéma d'Anna M.

«Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)

Recherche