Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 juillet 2006 7 23 /07 /juillet /2006 19:37

Date de sortie : 19 Juillet 2006
Réalisé par Gavin Hood
Avec Presley Chweneyagae, Mothusi Magano, Israel Makoe
Film sud-africain, britannique.
Genre : Drame, Thriller
Durée : 1h 34min.



Dans un bidonville aux abords de Johannesburg, en Afrique du Sud, un jeune homme de 19 ans orphelin a occulté tout souvenir de son passé, jusqu'à son propre nom. Il s'appelle donc Tsotsi, qui signifie "voyou", "gangster" dans le jargon des ghettos. Sans nom, sans passé, sans ambition, il n'existe que dans un présent plein de colère. Il dirige une bande de marginaux : Boston, un instituteur raté ; Boucher, un meurtrier de sang-froid ; et Gorille, un costaud à l'intelligence très moyenne. Lors d'une soirée arrosée, Tsotsi tabasse Boston dans un accès de violence extrême, puis il disparaît dans la nuit, traverse le bidonville et se retrouve dans une banlieue aisée. Une femme descend de sa BMW et tente en vain d'ouvrir le portail de sa maison. Tsotsi sort son arme, l'agresse, tire et s'échappe avec la voiture. Un enfant pleure sur la banquette arrière...

Le genre : Redemption movie

Oscar 2006 du meilleur film étranger, ce film très marquant dresse le portrait d'un ado torturé au passé tragique qui ne peut s'en sortir que par le crime, mais aussi celui d'un pays où la misère est omniprésente. Tsotsi frappe d'abord par l'authenticité de son propos : les personnages de truand se découvrant un coeur, l'ambiance des townships sud-africains, la démonstration crue de la violence quotidienne sont autant de réalités dévoilées au spectateur par la brutalité de la mise en scène. Le protagoniste, brillamment interprétés par le jeune Presley Chweneyagae (une des révélations de l'année, pour sûr), est un gangster de 19 ans, à qui la découverte d'un bébé à l'arrière d'une voiture volée va donner un peu de tendresse. Avec cette maladroite et souvent drôle complicité du voyou et de l'enfant, c'est en fait une quête d'identité qui nous est contée. A travers ce bébé, c'est lui-même dont Tsotsi prend soin, c'est lui-même qu'il cherche. Il avait oublié jusqu'à son nom et s'en était donné un correspondant à son cruel présent : Tsotsi veut dire "voyou", en argot du coin. Son passé perdu lui revient peu à peu, lui rendant avec son nom une part de son humanité qu'il était parvenu à oublier dans sa bande de truands plus ou moins sympathiques. Ces quelques jours décisifs dans la vie de Tsotsi donne aussi un aperçu très troublant de la misère sociale des bidonvilles de Johannesbourg. L'apartheid n'est peut-être pas tout à fait terminé... Baigné de musique rap sud-africaine collant parfaitement au sujet, Tsotsi est un film puissant, souvent émouvant. Une réflexion sur la reconquête d'un passé, d'une identité. Et un formidable un message d'espoir.

Presley Chweneyagae. MK2 Diffusion

Presley Chweneyagae. MK2 Diffusion



Partager cet article

Repost 0
Published by lucyinthesky4 - dans Nouveautés
commenter cet article

commentaires

  • : Goin' to the movies
  • Goin' to the movies
  • : Blog de critiques cinéma d'Anna M. «Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)
  • Contact

GOIN' TO THE MOVIES

Blog de critiques cinéma d'Anna M.

«Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)

Recherche