Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 octobre 2006 4 26 /10 /octobre /2006 17:06
Date de sortie : 11 Octobre 2006
Réalisé par Davis Guggenheim
Avec Al Gore
Film américain.
Genre : Documentaire
Durée : 1h 38min

Affiche américaine. Participant Productions

L'humanité est assise sur une bombe à retardement. Les savants du monde entier s'accordent pour dire qu'il nous reste à peine dix ans pour éviter une catastrophe planétaire - un dérèglement majeur du système climatique qui entraînerait des perturbations météorologiques extrêmes, des inondations, de longues périodes de sécheresse, des vagues de chaleur meurtrières. Cette catastrophe d'une ampleur sans précédent, nous en serions les premiers responsables ; nous seuls pouvons encore l'éviter. Plutôt que de sonner le tocsin de l'apocalypse ou de céder à la délectation morose, Une vérité qui dérange a choisi d'illustrer et de relayer l'action et le combat passionné d'un homme, l'ancien Vice-président Al Gore, qui depuis cinq ans sillonne les États-Unis pour persuader ses concitoyens de l'urgente nécessité de réagir à cette crise.

Le genre : choc

Now
. C'est le dernier mot prononcé par Al Gore, à la fin de ce documentaire édifiant. Il faut agir maitenant. Les constants dressés par An inconvenient truth (un titre certes peu attirant mais illustrant bien le propos) sont alarmants : le réchauffement climatique est en marche, il va en s'accélérant et si personne ne fait rien, la planète et ses habitants seront menacés d'anéantissement. Le projet d'Al Gore (souvenez-vous : un ex-futur président des États-Unis !) est honorable : déclencher une prise de conscience. Avec une efficacité remarquable, ce documentaire parvient à choquer, émouvoir, révolter tour à tour. Il fait preuve d'une pédagogie exceptionnelle, en tentant de vulgariser et d'expliciter (avec des schémas, des animations) les recherches scientifiques, les études statistiques ayant permis de mettre à jour les dangers du réchauffement de la planète. Un constat dramatique : des images de ce que pourrait être la Terre dans quelques années, mais aussi de catastrophes qui ont bel et bien eut lieu partout dans le monde, font monter les larmes aux yeux (aux miens en tout cas). Mais le propos du film va au-delà, il prend le risque de se lancer dans des questionnements d'ordre moral et philosophique, sans jamais asséner une vérité mais en opérant une démonstration progressive de ce que les pouvoirs médiatico-industrialo- politiques ont intérêt à nous cacher et de ce qu'il serait possible de faire contre cela. Cette prise de position est renforcée par l'aspect fortement personnel du montage, puisque les scènes de conférences sont entrecoupés de témoignages et de réflexions d'Al Gore sur son parcours et son engagement personnel. Cette subjectivité, loin de desservir le film, lui donne une force de plus : celle de l'humanité. C'est un questionnement moral, jamais figé, toujours en éveil, prônant la remise en cause des préjugés et des idées reçues, qui est au cœur du film. Film choc qui ne peut laisser personne indifférent, An inconvenient truth devrait être vu par tous, en espérant que ses images saisissantes viennent renforcer les propos unanimes des scientifiques, qui prévoient une augmentation exponentielle des risques du réchauffement climatique pour la diversité de la nature et pour l'humanité entière.






Partager cet article

Repost 0
Published by lucyinthesky4 - dans Nouveautés
commenter cet article

commentaires

X 06/11/2006 18:28

Je suis d'accord bien qu'il aurait dû s'appuyer plus sur les solutions et la gestion économique.

  • : Goin' to the movies
  • Goin' to the movies
  • : Blog de critiques cinéma d'Anna M. «Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)
  • Contact

GOIN' TO THE MOVIES

Blog de critiques cinéma d'Anna M.

«Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)

Recherche