Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 mai 2006 3 31 /05 /mai /2006 13:21

Date de sortie : 19 Mai 2006
Réalisé par Pedro Almodovar
Avec Penélope Cruz, Carmen Maura, Lola Duenas
Film espagnol.
Genre : Comédie dramatique
Durée : 2h 1min.

Pathé Distribution

Madrid et les quartiers effervescents de la classe ouvrière, où les immigrés des différentes provinces espagnoles partagent leurs rêves, leur vie et leur fortune avec une multitude d'ethnies étrangères. Au sein de cette trame sociale, trois générations de femmes survivent au vent, au feu, et même à la mort, grâce à leur bonté, à leur audace et à une vitalité sans limites.

Le genre : portraits de femmes

Plongée vertigineuse dans un monde de femmes, de femmes fortes, de femmes qui se battent, de femmes dans toute leur splendeur. Almodovar reste celui qui comme personne sait les filmer, les sublimer (ce en quoi le jury du festival de Cannes ne s'est pas trompé en récompensant toute la distribution du film, rendant ainsi hommage à la fois aux actrices et au réalisateur). Volver, c'est revenir, en espagnol. Pour Pedro : revenir au monde des femmes après une virée chez nos amis les mâles (La mauvaise éducation). Pour Irene (Carmen Maura, malicieuse, poignante) : revenir du monde des morts, celui qu'avec tant de soin les femmes du film ont aimé et haï tout autant. Revenir pour se faire pardonner, pour réparer les erreurs. Le scénario, de facture assez classique mais absolument remarquable, sert génialement ces thématiques et les mêlent naturellement et avec tact. Almodovar nous montre aussi un peu de l'Espagne et de ses modes de vie, sans caricature. Le destin de ces femmes est très touchant. Et optimiste, plein d'espoir : Raimunda (Penelope Cruz), dont la mère n'a pas vu - ou voulu voir - la tragédie de son enfance, ne reproduit pas l'erreur de celle-ci. Elle défend sa fille coûte-que-coûte, elle se démène pour s'en sortir (enterrer le corps de son salaud de mari à 200 bornes de Madrid, tout en organisant des repas pour 30 personnes dans un restau qui ne lui appartient pas). L'humour d'Almodovar est toujours présent, noir et décalé, qui rend le film et ses formidables répliques encore plus justes. Dans ce registre en particulier, Lola Dueñas (Sole, la sœur de Raimunda) excelle : répliques et mimiques hilarantes. Les personnages sont d’une force rare, tel celui d'Agustina, qui est à la recherche de sa mère (« la seule hippie du village » !). Et puis. Penelope Cruz. Elle n'a jamais été aussi belle, aussi humaine et naturelle qu'à travers la caméra d'Almodovar qui la filme avec envie. Elle incarne à la perfection une femme comme les aime le réalisateur. Cerise sur le gâteau indispensable d'un Almodovar, la chanson Volver porte au comble de l'émotion et reflète à elle seule ce Volver, et l’œuvre entière du cinéaste : intense, humaine, chaleureuse.

Carmen Maura et Penélope Cruz. Paula Ardizzoni / Emilio Pereda

Penélope Cruz. Paula Ardizzoni / Emilio Pereda



Partager cet article

Repost 0
Published by lucyinthesky4 - dans Nouveautés
commenter cet article

commentaires

whiplash solicitors 08/08/2011 07:08

We are troubled mind you a person acquired this specific issue. It is not normally My spouse and i come across a internet web page together with enchanting content similar to your own house. Let me take note your supply to maintain current with your hereafter changes. I love this and accomplish continue inside the excellent operate.

mimi 18/06/2008 13:59

BelloOn rit ,on pleure , Almodovar les rend plus belles qu'elles le sont .

Rocher Gérard 02/07/2006 23:56

MagnifiqueCe dilm splendide est un hymne ç la femme, celle qui travaille la journée et règle les probl(mes le soir. Le sujet est original, grinçant. La vie et les coutumes de l'Espane sont décrites avec gaucoup de tact rt le scénario est bourré de répliquesremarquables. A ne manquer sous aucun prétexte. A bientôt
Gérard

  • : Goin' to the movies
  • Goin' to the movies
  • : Blog de critiques cinéma d'Anna M. «Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)
  • Contact

GOIN' TO THE MOVIES

Blog de critiques cinéma d'Anna M.

«Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)

Recherche