Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 janvier 2008 6 26 /01 /janvier /2008 16:46
Date de sortie : 11 Janvier 2006
Réalisé par Isabelle Mergault
Avec Michel Blanc, Medeea Marinescu, Wladimir Yordanoff
Film français.
Genre : Comédie dramatique
Durée : 1h 37min.

Gaumont Columbia Tristar Films

Aymé Pigrenet vient de perdre sa femme. Il n'est pas submergé par le chagrin, mais anéanti par le travail qu'il va devoir désormais effectuer tout seul à la ferme. Très vite, Aymé s'aperçoit qu'il ne peut pas s'en sortir. Il doit impérativement trouver une autre femme. Mais dans ce village, la chose n'est pas facile. Aymé décide alors de faire appel à une agence matrimoniale. Comprenant qu'il ne recherche pas l'affectif mais l'utile, la directrice de l'agence propose à Aymé de se rendre en Roumanie où là, les filles sont prêtes à tout pour quitter la misère dans laquelle elles vivent. Et c'est effectivement en Roumanie, qu'Aymé va rencontrer Elena...

Le genre : même pas sympa

Ouais, bon, je l’ai finalement regardé. Je ne m’attendais pas à un chef-d’œuvre, certes, mais Isabelle Mergault a réussi l’exploit de tourner un film absolument inintéressant dans tous les domaines. Le sujet est pourtant relativement original et aurait pu donner une comédie sociale sympathique : la solitude sentimentale des paysans français, engoncés dans leur monde pas du tout sexy, et le désespoir de femmes roumaines qui cherchent un mari riche pour se faire un peu d’argent. Mais le regard méprisant que la réalisatrice porte sur ses personnages est la première chose qui frappe : Aymé est un loser crétin qui cherche (sans que cela soit expliqué le moins du monde) une nouvelle femme dix jours après la mort de la précédente, ses amis sont des beaufs pas drôles. On se demande bien où Mergault est allée chercher cette grossière caricature de la ruralité. Le personnage de la jeune et charmante Medeea Marinescu (unique intérêt du flm) est le seul à recevoir un peu de compassion. Cette dernière parvient d’ailleurs à être crédible, ce qui n’est pas le cas d’un Michel Blanc qui a l’air de s’ennuyer à mourir. On le comprend, car le scénario désespérément prévisible et mièvre de cette comédie campagnarde ne vaut pas grand chose, même si on croit percevoir qu’il se voulait cynique et ironique. Raté. Il arrive de rire (encore heureux) de quelques situations bien senties mais beaucoup de gags sont franchement dispensables ; l’émotion est quant à elle quasiment absente tellement elle est appuyée. Je vous trouve très beau ne parvient même pas à être sympathique, ce qui est un comble pour une comédie populaire. De plus, la pauvreté formelle du lauréat du César du meilleur premier film 2006 (…) est considérable : pas la moindre idée de cinéma, on croirait un téléfilm ! Si c’en avait été un, j’aurais été indulgente, mais malheureusement on doit payer pour voir ça, l’exigence de qualité est donc supérieure. L’ennui s’est emparé de moi dès le début et ne m’a pas quitté. Je comprends (vaguement) le succès populaire de Je vous trouve très beau, mais n’adhère absolument pas à la vulgarité et à la mièvrerie qui se dégage de l’œuvre d’une « cinéaste » sans réelle talent.

Michel Blanc, Medeea Marinescu et Arthur Jugnot. Gaumont Columbia Tristar Films


Partager cet article

Repost 0
Published by lucyinthesky4 - dans En bref
commenter cet article

commentaires

ffred 26/01/2008 17:31

Tout à fait d'accord. totalement pas convaincant, un vrai ratage. Enfin veuve est pire !!! il faut absolument qu'elle arrête de faire des films ! faire l'idiote chez Ruquier passe encore...

  • : Goin' to the movies
  • Goin' to the movies
  • : Blog de critiques cinéma d'Anna M. «Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)
  • Contact

GOIN' TO THE MOVIES

Blog de critiques cinéma d'Anna M.

«Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)

Recherche