Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juin 2006 4 29 /06 /juin /2006 19:39

Date de sortie : 21 Juin 1995
Réalisé par Tim Burton
Avec Johnny Depp, Martin Landau, Patricia Arquette
Film américain.
Genre : Comédie dramatique, Biographie
Durée : 2h 6min.



Evocation de la vie d'Ed Wood, réalisateur considéré de son vivant comme le plus mauvais de tous les temps, aujourd'hui adulé et venéré par des milliers d'amateurs de bizarre et de fantastique à travers le monde.

Le genre : sujet de philo sur le génie

Si la fantaisie burtonienne n'est pas présente de façon évidente dans ce film, elle n'en est pas moins influente. Ed Wood est "le plus mauvais réalisateur de l'histoire du cinéma", cela mérite une biographie ! C'est un personnage de doux dingue, d'illuminé magnifique, de grand enfant naïf et sincère : pas étonnant qu'il ait plu à Burton, dont c'est la spécialité ! Le film, tourné dans un noir et blanc pourtant chaleureux (brillante idée !), taille la part belle aux personnages et les montrent sans moquerie malgré leur absence totale de talent. Ils sont réalistes, touchants, infiniment humains et sympathiques. L'enthousiasme du protagoniste est communicatif, et révèle cette vérité du cinéma : que l'on soit Orson Welles ou un obscure et nullissime réalisateur, l'énergie mise dans la réalisation d'un film est la même. Ed Wood est une belle mise en abyme, un film sur le cinéma et ce qu'il représente pour chacun. Il constitue un hommage superbe à un amoureux inconditionné du septième art (à l'image du réalisateur). Ed s'émerveille devant Orson Welles, parle de cinéma sans cesse, s'enthousiasme pour chacune de ses "géniales" idées de scénario. On peut regarder le film comme une chronique douce-amer sur la cruauté d'Hollywood, qui donne et retire célébrité et prospérité en un clin-d'oeil. Certaines scènes sont désopilantes, notamment lorsqu'on assiste au tournage de ses films, sans aucun budget (la scène où Lugosi se bat avec une pieuvre géante !), ou à ses ridicules dialogues ("je vais créer une race de surhommes atomiques qui conquierra le monde !" ). Cela donne envie de voir les magnifiques nanars tendance série Z d'Edward D. Wood Jr. (Glen or Glenda, La fiancée du monstre, Plan 9 intergalactique : déjà, les noms !). La composition de Johnny Depp est parfaite : il incarne à merveille le personnage, ses lubies, ses passions, ses obsessions (s'habiller en femme !). Mais Martin Landau en Bela Lugosi lui ferait presque de l'ombre : sous un maquillage très réussi, il est particulièrement émouvant en star vieillissante du cinéma d'horreur. Leur rapport réalisateur/acteur est superbement traité (Burton en sait quelque chose : il a comme Ed Wood rencontré son idole de toujours, le maître de l'horreur Vincent Price, est devenu son ami et l'a fait tourner dans ses films). La présence de Bill Murray, toujours aussi drôle, est à noter. La morale prononcée par Orson Welles, qu'Ed rencontre au hasard dans un bar, en est une que tout cinéaste devrait respecter, et c'est ce que Burton a toujours superbement su faire : Il faut se battre pour imposer sa vision. A quoi bon réaliser les rêves d'un autre ? C'est la superbe leçon de cinéma de ce film qui pourra plaire même à ceux que l'univers de Burton rebute.





Voici une page passionnante d'analyse du film



Partager cet article

Repost 0
Published by lucyinthesky4 - dans En bref
commenter cet article

commentaires

accident claims company 09/08/2011 00:46

commentEvocation of the life of Ed Wood, director regarded in his lifetime as the worst of all time, now revered and venerated by thousands of fans of weird and wonderful in the world. Wow I really like your post and this is a nice film.

burtoniste 18/07/2006 12:29

bravo pour ton analyse du film.moi je trouve que ce film est une veritable reflexion sur la mise en scene et l'amour et la ferveur de ce personnage pour le cinema, bien sure dans un univer burtonien et avec un acteur tel que jhonny depp c'est une reussite qui me rapelle un autre chef d'oeuvre edouard aux mains d'argent

  • : Goin' to the movies
  • Goin' to the movies
  • : Blog de critiques cinéma d'Anna M. «Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)
  • Contact

GOIN' TO THE MOVIES

Blog de critiques cinéma d'Anna M.

«Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)

Recherche