Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 septembre 2013 2 24 /09 /septembre /2013 13:49
Festival de Starsbourg 2013

En envoyant une fille qui n’y connaît pas grand chose (Anna, donc) dans un festival essentiellement consacré au cinéma bis et de genre, les tyrans d’Accréds savaient-il l’océan d’appréhension et de crainte dans lequel ils plongeaient leur envoyée spéciale ? Si non, qu’ils soient pardonnés. Si oui, qu’ils le soient moins, même s’il faut concéder une chose : ils tenaient la personne en parfaite condition d’ignorance absolue, pour accueillir tous ces films tour à tour terrifiants, hilarants, dégoûtants ou émouvants. Récit d’un voyage en terre… peu connue.

 

La suite sur Accreds...

Repost 0
Published by Anna - dans Evénements
commenter cet article
17 septembre 2013 2 17 /09 /septembre /2013 13:46

Steven Soderbergh est un touche-à-tout. On est frappé en observant sa filmographie d'y voir une apparente dispersion, des choix qui semblent presque faits au hasard : les genres, les tons, les thèmes, les styles, les budgets etc. changent du tout au tout voire du simple au double. Steven Soderbergh est aussi un type qui ne s'arrête jamais de travailler. Deux films par an en moyenne depuis 2000. Mais 2013, il l'a dit, sera la dernière année de Soderbergh réalisateur, la dernière fois où nous verrons (peut-être) un de ses films dans les tops de fin d'année. Bien que le cinéaste ait fini par admettre que sa retraite ne sera pas forcément définitive, faisons comme si et jetons un œil sur ses deux dernières productions, Effets secondaires (Side Effects) et Ma vie avec Liberace (Behind the Candelabra). Un thriller psychologique et un biopic kitsch et sentimental. Deux grands films tordus.

 

La suite sur Feux Croisés...

Repost 0
Published by Anna - dans Nouveautés
commenter cet article
23 août 2013 5 23 /08 /août /2013 13:45

Bonjour tout le monde,

Mon blog est - ô surprise ! - en suspens depuis un certain temps et risque de continuer de l'être, mais je tenais à publier ce petit mot pour vous prévenir que j'existe encore et que je continue même à écrire sur le cinéma !

 

Pour me trouver, rendez-vous sur :

- Accreds.fr, un formidable site consacré aux festivals de cinéma, sur lequel vous trouverez notamment mes critiques de  Promised Land de Gus Van Sant,  Interior. Leather Bar. de James Franco ou encore  Suzanne de Katell Quillévéré, ainsi que des comptes-rendus de festivals. Et je convrirai en septembre le festival du film fantastique de Starsbourg pour Accreds !

- Interlignage.fr, où je chronique les sorties salles et DVD. Voici un lien vers l'ensemble de mes textes.

- Feux Croisés, une revue de cinéma qui publie de très intéressants dossiers thématiques consacrés à des cinéastes. J'ai contribué aux dossiers sur Resnais, Tarantino, Apatow (par deux fois !) et Demy.

 

Si vraiment vous trouvez ma prose brillante, vous pouvez aussi me lire sur papier, dans le n°502 (avril 2013) de la revue  L'Avant-Scène Cinéma, consacré à Jacques Demy.

 

That's all, folks!

 

BANNIERE

Repost 0
Published by Anna - dans Divers
commenter cet article
13 août 2013 2 13 /08 /août /2013 11:59
The Hit Girls / Pitch Perfect

Passé quelque peu inaperçu à sa sortie en salles au printemps dernier, The Hit Girls (Pitch Perfect) se présente avec des atours un peu ingrats : ceux de plate resucée « teen » et musicale de toutes ces comédies « de filles » dont Bliss ou Mes meilleures amies ont figuré ces dernières années parmi les plus belles réussites. Pourtant, le film vaut beaucoup mieux que cela.

Le pitch ? À l’université Barden, les groupes de chant a capella sont très à la mode et se livrent une compétition intense. Sauf qu’en ce moment, ce sont les garçons qui ont la côte, et les Barden Bellas, groupe entièrement féminin, ont subi une humiliation l’année précédente. Elles doivent tout reprendre de zéro. En recrutant de nouvelles têtes un petit peu marginales, parmi lesquelles l’adorable Anna Kendrick (ici une excentrique DJ qui passe sa vie un casque sur les oreilles) et une Rebel Wilson à l’énergie comme toujours incroyable, elles sont loin de savoir ce qui les attend.

 

La suite sur Interlignage...

Repost 0
Published by Anna - dans Nouveautés
commenter cet article
6 juin 2013 4 06 /06 /juin /2013 12:04
Suzanne

Trois ans après son très beau premier film Un poison violent (Quinzaine des Réalisateurs 2010), Katell Quillévéré présentait cette année Suzanne en ouverture de la Semaine de la Critique. Ou l’audacieux récit sur une vingtaine d’années de la vie d’une jeune femme et de sa famille. Sans quitter les sphères intimistes de la chronique familiale et amoureuse, son ambition de cinéaste prend ici une ampleur étonnante.

 

La suite sur Accreds...

Repost 0
21 avril 2013 7 21 /04 /avril /2013 11:53

De son premier long-métrage, Jacques Demy s'est plu tout au long de son œuvre à semer le souvenir par l'intermédiaire de ses personnages. C'est ainsi que Roland Cassard, le jeune homme indécis de Lola devient l'époux de Geneviève dans Les Parapluies de Cherbourg ; que Les Demoiselles de Rochefort contient une allusion à une Mme Desnoyers résidant à Nantes ; et que Lola en personne ré-apparaît presque dix ans plus tard à Los Angeles dans Model shop. Une chambre en ville - film trop singulier, trop unique sans doute – n'entretient pas ce type de résonance avec Lola. En revanche, il partage avec lui le même décor : Nantes, ville natale de Demy, dans laquelle le cinéaste a donc tourné deux fois à plus de vingt ans d'écart. À bien des égards, les deux films existent en miroir, simultanément négatifs et symétriques l'un de l'autre ; Une chambre en ville est aussi sombre et suffocant que Lola était solaire et gracieux. Du noir et blanc à la couleur, du présent au passé, du musical rêvé à l'opéra accompli.

 

La suite sur Feux Croisés...

Repost 0
Published by Anna - dans Classiques
commenter cet article
8 avril 2013 1 08 /04 /avril /2013 11:49
Freaks & Geeks : devenir adulte

Carded and discarded, l'épisode 7 de la première et unique saison de Freaks & Geeks, est le premier de la série à avoir été à la fois réalisé et écrit par Judd Apatow. Parce qu'il nous fallait bien une porte d'entrée et en vertu d'une politique des auteurs un peu facile, partons de celui-ci pour évoquer cette série majeure qu'est Freaks & Geeks. Arrêtée en 2000 après seulement une saison de dix-huit épisodes, la série a depuis acquis un statut « culte » amplement mérité, tant est fort et juste le portrait qu'elle fait de l'adolescence ; et tant elle se distingue parmi la masse des « teen series » qui lui succéderont, tout en en ayant clairement influencé plus d'une. Dans ses films, Apatow n'a de cesse de mettre en scène des personnages en crise, s'interrogeant sur la manière de mener leur vie, quoi donc de mieux pour inaugurer ce grand thème de son œuvre qu'une série consacrée à l'adolescence ? Freaks & Geeks, d'abord, dépeint à merveille l'univers des lycées américains que l'on connaît bien depuis les admirables teen movies de John Hughes, ce monde où se croisent diverses tribus plus ou moins populaires, des jocks aux cheerleaders en passant par ceux qui intéressent manifestement plus Apatow et le créateur de la série, Paul Feig : les freaks et les geeks, on l'aura deviné, plus en marge, moins straight, incarnant plus pleinement la crise (dans son beau sens de moment décisif et périlleux) d'adolescence.

 

La suite sur Feux Croisés...

Repost 0
Published by Anna - dans Divers
commenter cet article
8 avril 2013 1 08 /04 /avril /2013 11:41
This is 40 : en famille

On en a parlé comme d'une anecdote amusante, d'un détail plaisant à propos du casting de 40 ans : mode d'emploi (This is 40): autour de Paul Rudd, c'est la petite famille du réalisateur qui est réunie, à savoir sa femme Leslie Mann et ses deux filles Maude et Iris Apatow. On n'a pas assez noté que c'était quasiment de l'ordre du jamais vu. La famille de This is 40 existait déjà dans Knocked up, on aurait pu croire que cela relevait du simple clin d’œil - elle est ici au centre du récit. Donner les rôles principaux à sa famille, pour un réalisateur de comédies mainstream « grand public », est tout de même un geste pour le moins étonnant et inédit. Dans sa recherche de l'authenticité de la chronique familiale, Apatow a fait le truc à la fois le plus bête et le plus bizarre qui soit : recréer le quotidien et ses expériences en même temps banales et singulières en compagnie de celles avec qui il les vit.

 

La suite sur Feux Croisés...

Repost 0
Published by Anna - dans Nouveautés
commenter cet article
13 mars 2013 3 13 /03 /mars /2013 11:38
Le Policier

« Début 2010, à Tel Aviv, il était difficile de s’imaginer des agitations sociales, locales. Maintenant, ça semble aller de soi, mais à l’époque, c’était purement et simplement inédit », explique le réalisateur du Policier dans le making-of du film, seul véritable bonus du DVD à sortir le 20 mars. Multi-récompensé dans les festivals internationaux, ce premier long-métrage de Nadav Lapid propose à l’évidence un regard vraiment nouveau sur Israël, en premier lieu parce qu’il ne traite pas du conflit israélo-palestinien (mentionné une seule fois, et justement pour signaler que l’ennemi n’est pas arabe), mais des tensions sociales intérieures au pays.

 

La suite sur Interlignage...

Repost 0
Published by Anna - dans Nouveautés
commenter cet article
23 février 2013 6 23 /02 /février /2013 11:28
Promised Land

Matt Damon débarque dans une petite ville américaine pour convaincre ses habitants de laisser sa société exploiter le gaz de schiste présent dans leur sol. Au delà du film-dossier à la Erin Brockovich ou de la simple fiction écolo sur les méfaits du forage, Promised Land, présenté en compétition à la dernière Berlinale et récompensé d’une mention spéciale, mêle astucieusement l’intime et le politique et s’appuie sur ses personnages (et leurs interprètes) pour livrer un portrait de l’Amérique d’aujourd’hui.

À chaque nouvelle production « classique » de Gus Van Sant, des voix s’élèvent pour la considérer comme mineure dans la filmographie du réalisateur, pour regretter encore et toujours sa période expérimentale. Il faut pourtant s’y faire : il y a plusieurs veines chez Van Sant, et la plus classique n’est pas la moins intéressante, ni la moins personnelle. On y retrouve bien le même geste de cinéaste. Et pas seulement parce qu’il n’oublie jamais, quelque soit le style choisi, de caser ses fameux plans de nuages en accéléré. Comme au moment d’Harvey Milk, c’est par le politique que Gus Van Sant régénère à nouveau sa veine classique, après la parenthèse arty de Restless en 2010.

 

La suite sur Accreds...

Repost 0

  • : Goin' to the movies
  • Goin' to the movies
  • : Blog de critiques cinéma d'Anna M. «Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)
  • Contact

GOIN' TO THE MOVIES

Blog de critiques cinéma d'Anna M.

«Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)

Recherche